Plan du site  
français  English
pixel

Blog du campus SUPINFO Clermont-ferrand

Digital League

Publié le 10 avril 2018 dans Actualités

Après SUPINFO, plusieurs diplômés se lancent dans l’entreprenariat. Nombreux sont ceux qui désirent créer leurs entreprises et ceux pour différentes raisons.

Certains rêveurs veulent donner vie à leurs idées, certains autres trouvent des problématiques et proposent des solutions et d’autres encore veulent accomplir les choses dont ils ont envies.
Mais tous seront confrontés aux mêmes situations, aux mêmes dilemmes : comment lever des fonds ? Comment construire son projet ? Par où commencer ?
De nombreuses questions se posent alors devant ces nouveaux membres de la vie active. Une majorité se décourage ne sachant plus où donner de la tête.

C’est pourquoi j’aimerai vous parler aujourd’hui de Digital League.
Nous avons la chance d’abrité au sein de notre région cette association s’axant sur les filières numérique en Auvergne-Rhône-Alpes. Son objectif est de fédérer, informer, animer, promouvoir et représenter les acteurs numériques de la région.

Elle propose des services de conseils et de soutiens. Elle organise donc certains événements comme des conférences, des interventions de spécialistes.

La semaine de 26 avril 2018 se tiendra la « Clermont innovation week ». Différents thèmes seront abordés qui pourront guider les novices et intéresser les plus expérimentés.

Je vous laisse découvrir ces nombreux événements sur leur site.
www.digital-league.org
http://www.digital-league.org/en-action/agenda
http://www.vichy-economie.com/agenda/clermont-innovation-week

Continuer à lire Digital League

Intelligence Artificielle

Publié le 28 mars 2018 dans Actualités

L’intelligence artificielle a depuis toujours suscité plusieurs questions mais surtout laisse rêveur ou inquiet pour certains. C’est un ensemble de disciplines informatiques qui cherchent à modéliser techniquement et à simuler certaines manifestations de l’intelligence. Ce terme a été créé par John McCarthy, on peut le retrouver aujourd’hui sous l’appellation « IA », il définit les deux différentes faces de ce concept à savoir la face « intelligence » qui veut s’inspirer et reproduire le comportement humain. Puis la face « artificiel » qui représente l’utilisation de machines ou processus électroniques. Les premiers travaux ont été initiés par Alan Turing dans les années 1950 qui se posait la question si une machine pouvait être intelligente, il a d’ailleurs écrit un article sur ces fondements « Computing Machinery and Intelligence ».

 Aujourd’hui l’intelligence artificielle prend beaucoup de place dans notre société, d’ailleurs l’association française pour la promotion et la sensibilisation à l’intelligence artificielle (AFPSIA), lancée le 23 mars, veut sensibiliser et rendre cette technologie intelligible et compréhensible par tout le monde. Pour ce faire elle a créé un label IAFrance qui permet de différencier les sociétés qui informent sur les changements de l’IA.

 De plus Emmanuel Macron annoncera des mesures pour développer cette technologie le jeudi 29 mars, le même jour de la remise du rapport sur l’IA de Cédric Villani, le député LREM de l’Essonne. Il veut faire de la France un acteur majeur de l’intelligence artificielle comme peut l’être aujourd’hui le Royaume-Uni ou la Corée du Sud.

Continuer à lire Intelligence Artificielle

Pour la 2eme année consécutive a lieu en Auvergne-Rhône-Alpes le “Trophée des start-up” en partenariat avec Les Echos Entrepreneurs, BFM Business, le Salon des Entrepreneurs Lyon Auvergne-Rhône-Alpes, BPIFRANCE, Deloitte, In Extenso, TAJ et EM Lyon Accelerator.

Ce concours est ouvert aux startups de moins de 5 ans développant un service ou produit innovant. Il y a 4 catégories :

  • EdTech pour le domaine de l’éducation. Ceci peut par exemple inclure des Moocs, des plateformes de e-learning ou des serious games
  • MedTech pour le domaine du médicale. Cela peut être des dispositifs médicaux connectés, des actes médicaux assistés par ordinateurs ou de l’imagerie médicale.
  • SportTech pour le domaine sportif. On retrouve des capteurs adaptés aux sportifs, des textiles innovants ou encore tout ce qui peut permettre l’accès au sport pour les personnes en situation de handicap.
  • TourismTech pour le domaine du tourisme. Il peut s’agir de visites virtuelles, d’innovations dans les formes d’hébergements ou de proposer des activités novatrices.

Chacune de ses catégories donnera lieu à la remise d’un prix. Un cinquième prix “coup de cœur du public” sera également décerné.

Pour participer, il faut remplir un dossier de candidature avant le 8 avril. Une présélection aura ensuite lieu et les finalistes participeront ensuite à la finale le 11 Juin. Il s’agira de présenter son projet pendant 2 minutes face à un jury.

Les gagnants se verront offrir un accompagnement d’un an de la part de la région afin de promouvoir leur produits et de se développer.

Ce trophée est une belle opportunité pour mettre en avant les compétences et les talents de notre région. Il permet également de donner un coup de pouce pour les gagnants mais pousse aussi tous les participants à se surpasser.

Pour information voici les gagnants de l’an dernier :

  • Catégorie Greentech : LACTIPS
  • Catégorie Foodtech/Agritech : Le Boucher Vert
  • Catégorie Intelligence artificielle : HOOMANO
  • Catégorie Industrie du futur : SENTRYO
  • Prix « Coup de cœur du public » : LACTIPS

Pour plus d’informations rendez-vous ici : https://www.auvergnerhonealpes.fr/aide/128/289-trophees-des-start-ups-auvergne-rhone-alpes-2eme-edition-entreprise-commerce-artisanat-emploi.htm

Continuer à lire 2ème trophée des start-up Auvergne-Rhône-Alpes

Evolution de Google Maps

Publié le 20 mars 2018 dans Actualités

Google Maps permet aux personnes en fauteuil roulant de trouver des trajets adaptés

Les personnes en fauteuil roulant en font le constat tous les jours, il n’est pas toujours aisé de se déplacer facilement. Entre les trottoirs trop haut ou trop étroit, ou encore les transports en communs pas accessible (absence d’ascenseur dans les métros, quai non-adaptés), le déplacement des personnes non-valide se trouve très vite compliqués. N’oubliant pas également les magasins ou administrations qui ne sont pas toujours aux normes d’accessibilité même si normalement depuis une loi de 2005, tous les établissements accueillant du public devraient l’être.

Ceci va peut-être changer grâce à la technologie, en effet, depuis quelque jour, Google a mis à jour son outil « maps » qui permet désormais de spécifier que l’on souhaite un trajet accessible au fauteuil roulant. Il faut néanmoins noter que pour le moment l’outil n’est pas encore très fonctionnel surtout dans les villes de faible taille. Pour résoudre ce problème, Google permet à tout un chacun de contribuer à l’amélioration de son outil.

 Il est intéressant de voir que la technologie peut rendre service aux personnes en situation de handicap et on ne peut qu’espérer d’autres initiative allant dans ce sens. On peut aussi espérer que ceci poussera les lieux publics ne respectant pas la lois de 2005 de l’appliquer de manière plus global.

Continuer à lire Evolution de Google Maps

J’ai rencontré aujourd’hui Louis Pires–Agier. Etudiant brillant en MSc2. C’est le seul étudiant de la promotion à avoir intégré SUPINFO Clermont-Ferrand en ASc1. Agé de 22 ans il se penche actuellement sur son mémoire de fin d’études.

  • Bonjour Louis. Merci de m’accorder de ton temps.
  • Bonjour Hicham. Tout le plaisir est pour moi.
  • Peux-tu nous dire de quel bac viens-tu ?
  • J’ai fait un Bac S Sciences de l’ingénieur au Lycée Jean Zay.
  • Pourquoi as-tu choisi le monde de l’informatique ?
  • J’ai toujours été un grand rêveur et c’est le seul domaine où je peux réaliser mes rêves. Par là j’entends qu’en développement nous pouvons tout faire. Si j’ai envie de développer un petit bonhomme alors je le fais si j’ai envie de casser mon ordinateur pour le remonter moi-même je peux.
  • Pourquoi SUPINFO ?
  • Parce que dans ce domaine c’est la seule école qui me permet de mettre rapidement les mains dans le code et de pouvoir dès les premiers mois voire les premières semaines commencer à réaliser des applications.
  • Raconte-nous ton parcours au sein de SUPINFO.
  • Je suis rentré directement en premier année en post-bac, j’ai fait les 5 ans à Clermont-Ferrand. Si je devais décrire mon parcours cela serait plus des rencontres que j’ai faites. Elles m’ont apporté énormément de choses. Des étudiants, des professeurs, des full profs ou même des intervenants externes qui m’ont apporté beaucoup. Au niveau des cours, en 5 ans on voit toutes les spécifités de l’informatique. Autant du développement que des réseaux systèmes en passant par le management. On a les fondations du DevOps qui est un métier qui me tient à cœur sur lequel je veux m’orienter.
  • Qu’est-ce que SUPINFO t’as appris au niveau humain et personnel plus que technique ?
  • Une des choses les plus importantes c’est l’esprit d’équipe. J’ai appris ce qu’était l’esprit d’équipe. Les projets à SUPINFO se font en groupe, j’ai eu de bonnes et de mauvaises expériences. J’étais persuadé jusque-là que je pouvais faire les choses seul mais j’ai réalisé que c’était important de travailler en équipe. Le relationnel tiens une place importante que ce soit avec les clients, les collaborateurs ou les supérieurs.
  • Qu’est-ce que SUPINFO ne t’a pas apporté et que tu aurais aimé avoir ?
  • D’un point de vue technique, je suis « médusé ». SUPINFO nous permet de travailler sur des technologies innovantes et récentes mais à côté de ça il y a des technologies anciennes et qui ont fait leurs preuves, comme par exemple GIT, sont absent du programme et c’est dommage. C’est des outils qui seront utilisé par 90% des étudiants dans le monde professionnel. Ils sont livrés à eux même. D’un point de vue personnel, je trouve que le cursus manque de cours de communication entrepreneurial. J’ai un cas concret où je dois traiter avec des développeurs des administrateurs systèmes ou des gérants et c’est mon responsable direct qui est obligé de me former sur quels mots il est bon d’employer et quels mots éviter, comment formuler mes mails. Je trouve ça primordiale dans cursus bac+5 en plus des cours d’EMI par exemple.
  • Tu es étudiant et tu es à ton compte depuis deux ans. Comment gère-tu ces deux activités ?
  • Question qui fâche HaHa ! Déjà c’est compliqué car sa demande beaucoup de temps. Si je ne travaille pas pour les cours je travaille pour ma boite. J’ai donc très peu de temps libre. Mais cela a ses avantages. En effet, j’applique les solutions que SUPINFO m’enseigne dans mon activité professionnelle. Les problèmes que je rencontre au sein de ma société je peux les partager avec mes camarades. Ils peuvent m’apporter des solutions ou on peut en trouver ensemble.
  • Pour finir quels sont tes projets futurs ?
  • Clairement dans l’entreprenariat. J’ai plein d’idées que j’ai eues tout au long de mon cursus car j’ai trouvé des outils et des technologies qui me permettent de créer des applications stables. Je prévois de fonder ma start-up.
  • Je te remercie.
  • C’est moi !
Continuer à lire Témoignage étudiant en M.Sc.2

Vous êtes un étudiant compétent et entreprenant pourquoi ne pas ouvrir votre propre micro-entreprise ?

Dans cet article nous allons seulement étudier les données et les informations qui sont liées au secteur de l’informatique en tant qu’entreprise de service.

Qu’est-ce qu’une mirco-entreprise ?

Il s’agit d’un régime ultra-simplifié ouvert aux entrepreneurs qui ne dépassent pas certains seuils de recettes annuelles et qui exercent en entreprise individuelle, en EIRL (Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limité) ou en EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée).

Le plafond annuel d’un point de vu de chiffre d’affaire est de 32 000€.

 

Pourquoi la micro-entreprise ?

La micro-entreprise détient trois avantages non négligeables :

  • L’entreprise bénéficie d’un allégement sur le plan comptable.
  • Permet de réduire les coûts de fonctionnement de votre structure.
  • Le calcul des cotisations sociales est simplifié.
  • Il est facile d’adhérer à ce régime avec une inscription directement en ligne sur le site de l’Urssaf.

Par ailleurs, en optant pour le régime de micro-entrepreneur vous ne serez pas soumis au régime de la TVA. Cela veut dire que l’état ne collecte pas d’argent sur votre chiffre d’affaire. Cependant, le fait de ne pas être soumis au régime de la TVA, cela veut également dire que vous n’aurez pas la TVA récupérable. En d’autres mots lorsque vous achèterez du matériel pour votre micro-entreprise vous le payerez au ‘prix publique’, TTC.

Quelles sont les obligations d’un micro-entrepreneur ?

En créant sa micro-entreprise, l’entrepreneur :

  • Opte automatiquement pour le régime microsocial simplifié,
  • Est imposé sur un bénéfice calculé forfaitairement, ou peut éventuellement opter pour le versement fiscal libératoire,
  • Doit tenir une comptabilité ultra-simplifiée,
  • Doit s’immatriculer au registre du commerce et des sociétés (RCS),
  • Ouvrir un compte bancaire lié à l’activité de l’entreprise.

Quelques conseils aux futurs micro-entrepreneurs :

  • Ne vous jetez pas dans le vide.

Cette phrase très imagée est pourtant bien vrai. Il est entendu par là qu’il vous est nécessaire d’effectuer des études préalables sur la faisabilité et la rentabilité de votre futur micro-entreprise. Il sera préférable de constater un problème de faisabilité ou de rentabilité avant de commencer qu’une fois lancé. D’autant plus qu’en étant micro-entrepreneur vous ne pourrez pas bénéficier de maintien des allocations d’aide au retour à l’emploi.

  • Axer votre micro-entreprise sur un travail qualitatif que quantitatif. Il existe de nombreuses entreprises qui travaillent déjà dans les domaines du numérique. Et pourtant il est impératif que vous vous différenciiez soit par un travail avec des méthodes différentes soit par une qualité de travail optimale.

Dans la conjoncture actuelle, la réussite de votre micro-entreprise dépend de trois points fondamentaux.

  • La qualité du service rendu.
  • La communication.
  • La différenciation.

En tant que micro-entrepreneur vous pouvez également faire une demande d’aide auprès de l’ACCRE. L’ACCRE consiste en une exonération de charges sociales pendant un an (*) à compter, soit de la date de l’affiliation au régime des travailleurs non-salariés, soit du début d’activité de l’entreprise.

Src :

  • lecoindesentrepreneurs.fr
  • wikipedia.org
  • afecration.fr
  • Le portail des autoentrepreneurs
Continuer à lire Micro-entrepreneur, le statut idéal pour commencer ?

Comment aborder votre entretien de stage ou de contrat pro ?

 Cet article va porter sur les bonnes pratiques et conseils d’entrepreneurs pour optimiser vos entretiens.

Nous allons commencer par définir deux types d’entretien : l’entretien dématérialisé et l’entretien physique.

Dans une première partie, nous traiterons des conseils et bonnes pratiques que nous pouvons appliquer dans la majorité des cas. Puis dans une seconde partie, nous étudierons un ensemble de bonnes pratiques et conseils lié aux entretiens dématérialisés via Skype par exemple.

  •  Bonnes pratiques et conseils :

Dans cette partie, nous allons vous donner quelques bonnes pratiques et conseils qui seront valables dans la quasi intégralité des cas.  Afin de mieux comprendre nous allons classer ces conseils et bonnes pratiques selon trois étapes :

  • Avant le rendez-vous
  • Pendant le rendez-vous
  • Après le rendez-vous.

Avant le rendez-vous :

Prenez le temps de préparer votre curriculum vitae ainsi que votre lettre de motivation en faisant particulièrement attention à ne laisser aucune faute d’orthographe.

  • Soigner son apparence, en adoptant une tenue vestimentaire la plus sobre et descente possible en évitant les accessoires tapent à l’œil. Pour les filles, ne pas utiliser de maquillage trop marqué.
  • Il est nécessaire de se renseigner sur l’entreprise : son secteur d’activité, le(s) poste(s) proposé(s).
  • Préparer des questions que vous allez poser et les réponses que vous allez pouvoir donner à des questions comme « Quels sont vos perspectives dans les prochaines années ? » « Qu’elle placé vous voudriez occuper dans notre entreprise ? »

Pendant le rendez-vous :

  •  Ayez une posture détendue, ouverte et professionnelle sans oublier le sourire. L’ensemble de ces critères va appuyer votre intérêt et votre implication dans le rendez-vous.
  • Poser les questions que vous avez préparées précédemment.
  • N’allez pas à votre rendez-vous sans votre curriculum vitae et votre lettre de motivation.
  • Mettez-vous en valeur ! Donnez les compétences que vous avez pu acquérir grâce à votre expérience.
  • N’oubliez pas d’éteindre vos téléphones pour éviter d’être déranger et soyer votre sortie, puisqu’il s’agit de la dernière impression que vous allez donner

Après le rendez-vous :

  •  Débriefer de votre entretien avec par exemple votre campus manager. Cela vous permettra d’avoir un avis extérieur sur votre prestation.
  • Si vous n’avez aucune nouvelle, n’hésitez pas à relancer de façon professionnel votre interlocuteur en mettant en avant le souhait de vouloir en savoir plus sur le processus post entretien.

 

Bonnes pratiques et conseils pour votre rendez-vous dématérialisé :

Ce type d’entretien souvent utilisé quand l’une des personnes ne peut se trouver dans les bureaux de l’entreprise.

  •  Soyer seul dans votre appartement au moment du rendez-vous (pas d’animaux, pas de colocataires)
  • Pensez à avoir un fond neutre et avoir une bonne orientation de la caméra.
  • Préservez le temps du rendez-vous pour le rendez-vous, ne taper pas sur le clavier, ne faites aucunes tâches sur votre ordinateur. Si vous commencez une activité simultanée, votre regard vous trahira.
  • Prévoyez un plan de secours, vous ne pouvez pas dépendre d’un seul ordinateur ou d’une connexion.

Cet article a été rédigé en collaboration avec des chefs d’entreprises afin d’avoir une vision la plus concrète possible.

 

Je remercie Mr Amelot et Mr Gobbe pour leur participation. Mr Amelot et Mr Gobbe sont co-fondateurs d’une agence de communication web.

Continuer à lire Quelques conseils pour se préparer à un entretien

 

La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) est une autorité indépendante française qui a pour mission de s’assurer que l’informatique ne porte pas atteinte à la vie privée des citoyens. Elle a le pouvoir de sanctionner ceux qui n’appliqueraient pas la loi et peut saisir le Procureur de la République.

Un projet de réforme visant la protection des données personnelles a été adoptée par la Commission européenne le 25 janvier 2012 afin de renforcer la régulation celles-ci et les droits des individus. Le Parlement européen a ensuite adopté le règlement général sur la protection des données le 14 avril 2016. Ses dispositions seront applicables dans les tous les Etats de l’Union Européenne le 25 mai 2018, les organisations ont donc jusqu’à cette date pour se conformer au nouveau règlement.

L’entrée en vigueur du Règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) prévoit des amendes administratives d’un montant jusqu’à 4% du CA mondial de l’organisation. Pour éviter cela les organismes devront assurer la gouvernance des données personnelles de leur structure, faire un inventaire des différents traitements mis en place sur les données personnelles, identifier les risques possibles suite à ces traitements et avoir une documentation pouvant prouver l’application de ces mesures.

Pour s’assurer que les mesures soient prises, la CNIL va mettre en place des contrôles qui pourront être sur place, via une audition ou à distance. Le responsable du traitement des données ne sera pas forcément informé de ces contrôles. Evidemment toutes les organisations ne seront pas forcément prêtes pour la date d’échéance mais l’essentiel c’est qu’elles aient fait les démarches pour s’engager dans cette réglementation.

 

Continuer à lire CNIL – Nouvelle réglementation des données personnelles

Un Monsieur Bitcoin au Gouvernement

Publié le 7 février 2018 dans Actualités

Le Ministre de l’économie Bruno LEMAIRE a nommé Jean-Pierre LANDAU, ancien sous-gouverneur de la Banque de France et ancien professeur à Science Politique Paris, pour mener une mission sur les cryptomonnaies.

 

Il aura notamment pour mission de proposer des orientations sur l’évolution de la réglementation en vue de maitriser le développement de ces nouvelles monnaies virtuelles. En effet, la crainte du gouvernement est que les cryptomonnaies soient utilisés pour faire du blanchiment d’argent ou de la fraude fiscal. Une autre crainte est présente : l’instabilité de ces monnaies (à la date de cet article, le bitcoin a perdu les deux tiers de sa valeur).

 

Bruno LEMAIRE a ainsi déclaré : « Nous voulons une économie stable : nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin ».

 

Jean-Pierre LANDAU est connu pour son scepticisme sur le sujet dès janvier 2014 où il a signé une tribune dans le Financial Times qui comparait le bitcoin de « tulipe du 21eme siècle » en référence au commerce de tulipe au 16eme siècle au Pays-Bas.

 

Cette démarche montre la peur des gouvernements par rapport aux cryptomonnaies qui ont la particularité de fonctionner de manière décentralisée et donc en principe non contrôlable. La Chine va d’ailleurs bloquer tous les sites d’échanges de cryptomonnaie.

Continuer à lire Un Monsieur Bitcoin au Gouvernement

Qu’est-ce qu’un technopôle ?

Publié le 5 février 2018 dans Actualités

Un technopôle ou pôle technologique, est un site urbain destiné à accueillir des entreprises évoluant dans le secteur des nouvelles technologies et scientifique ainsi que des structures de recherche et d’enseignements techniques. Les technopôles ont commencé à se développer en France au cours des années 80. Par exemple, sur Clermont-Ferrand, on a le parc technologique de La Pardieu.

Une technopole est un technopôle de plus grande envergure regroupant souvent une ville entière. On peut citer comme exemple la Silicon Valley dans la périphérie de San Francisco. En France, on peut citer Sophia-Antipolis situé à proximité de Nice.

L’avantage des technopoles est d’avoir une concentration d’entreprises évoluant dans les mêmes secteurs et pouvant se compléter. On pourrait ainsi imaginer une entreprise fabriquant des objets connectés qui pourrait sous-traités certains éléments comme l’aspect sécurité ou la production à d’autres entreprise de la technopole. Un autre avantage est la proximité directe avec des structures formatrices permettant de trouver plus facilement des profils correspondant aux besoins des entreprises, sur La Pardieu on retrouve ainsi le Lycée Lafayette et le campus des Cézeaux. Enfin, un technopôle permet d’augmenter l’attractivité d’une ville et la création d’emploi hautement qualifiés, ce qui peut constituer une source de revenue conséquente pour une municipalité.

Continuer à lire Qu’est-ce qu’un technopôle ?

Rencontrez SUPINFO Clermont-ferrand

Rencontrez-nous à l'occasion des Journées Portes-Ouvertes (JPO) organisées dans l'ensemble des campus SUPINFO en France et dans le monde.

Rencontrez SUPINFO Clermont-ferrand

Contactez SUPINFO Clermont-ferrand

Vous avez besoin d'informations complémentaires sur l'établissement ? Vous désirez parler à une conseillère d'orientation ou obtenir une adresse régionale ?

Contactez SUPINFO Clermont-ferrand
A propos de SUPINFO | Contacts & adresses | Conditions d'utilisation & Copyright | Respect de la vie privée
Logo de la société Cisco, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société IBM, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sun-Oracle, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Apple, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Sybase, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Novell, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Intel, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Accenture, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société SAP, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Prometric, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo de la société Toeic, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management Logo du IT Academy Program par Microsoft, partenaire pédagogique de SUPINFO, la Grande École de l'informatique, du numérique et du management

SUPINFO International University
Ecole d'Informatique - IT School
École Supérieure d'Informatique de Paris, leader en France
La Grande Ecole de l'informatique, du numérique et du management
Fondée en 1965, reconnue par l'État. Titre Bac+5 certifié au niveau I.
SUPINFO International University is globally operated by EDUCINVEST Belgium - Avenue Louise, 534 - 1050 Brussels